Les sélections « lecture » de Marie // Partie 2

Suite au lancement de la bibliothèque collaborative à la Colloc, Marie nous livre ses coups de coeur lecture pour cette période inédite. N’hésitez pas à nous partager les vôtres à l’adresse suivante : marie@la-colloc.com

Bonne lecture

On achève bien les chevaux de Horace McCoy

En pleine dépression économique, les primes des marathons de danse attirent jeunes et vieux accablés par la misère. Robert et sa partenaire Gloria dansent à en perdre de la raison. Ils tiendront coûte que coûte, à moins que la mort ne les sépare. L’auteur dénonce dans ce roman la corruption, faisant du rêve américain un cauchemar.

Le coeur cousu de Carole Martinez

Soledad, née dans un petit village d’Espagne au cours des années 30, raconte l’histoire de sa mère, Frasquita, qui a hérité des dons de guérisseuse de sa propre mère. Chacun de ses six enfants possède lui aussi un don surnaturel. Le destin va les entraîner dans des aventures qui les conduiront jusqu’au Maroc.

Quatrième de couverture :

“Le cœur cousu Depuis la nuit des temps, les femmes d’un petit village andalou se transmettent une boîte merveilleuse. En y découvrant du fil et des aiguilles, Frasquita hérite du don extraordinaire de repriser les hommes blessés et les cœurs en lambeaux. Un talent qui, dans l’Espagne catholique du XIXe siècle, se révélera une malédiction. “

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai Sijie

D’origine chinoise, Dai Sijie vit en France depuis quinze ans. Il a réalisé trois longs métrages dont « Chine ma douleur ». Dans son premier roman, largement autobiographique, il raconte les tribulations de deux adolescents envoyés en rééducation à la campagne au moment de la Révolution culturelle décrétée par le président Mao.

Le vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepulveda

Au bord de l’Amazone, le vieux, ami des Indiens Shuars, sait vivre et chasser dans la forêt vierge en respectant les créatures qui les peuplent. Mais il a également appris sur le tard l’antidote au venin de la vieillesse : il a une passion pour les romans d’amour, ceux qui font souffrir. Au travers d’un conte, c’est un hymne à une population dont la survie est menacée.

Un petit plaisir de 120 pages pour aider à s’évader.

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

Voilà LA solution pour lire des histoires aux enfants en se faisant plaisir !!! (Ils peuvent aussi le lire seul à partir de 10 ans environ) Mais franchement, c’est un plaisir de se plonger (ou replonger) dedans!!

Le récit des aventures de Delphine et Marinette, deux filles petites filles, qui vivent à la ferme, entre des parents aussi sévères que frustes et des animaux doués de parole. Les deux fillettes communiquent avec les animaux comme avec des personnes, tandis que les parents traitent les animaux seulement d’un point de vue utilitaire.

 

Ça peut vous
intéresser

Menu