Des histoires, des explorations, des inspirations.

Coconut

La Terre Native
Une épicerie zéro déchet, pour repenser sa consommation

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Des effluves de lavande, mêlées d’épices et de volutes boisées envahissent nos poumons. Pousser la porte de l’épicerie La Terre Native à Hennebont, c’est prendre une bouffée d’air pur. Basée sur le principe du « zéro déchet », la boutique de Caroline Darche nous invite à revoir nos modes de vie.

Sur le pas de porte, des bocaux vides et propres. Ici, pas de sacs, ni d’emballages. Tout est vendu en vrac et les contenants sont réutilisés. Les clients peuvent apporter les leurs – on les pèse avant de les remplir – ou bien se servir de ceux mis à disposition par l’épicerie. La Terre Native poursuit un but : limiter les emballages et le gaspillage. Chacun n’achète que la quantité dont il a besoin.

Un projet de vie
L’épicerie est née d’une prise de conscience. En 2015, Caroline et son compagnon Victor s’inscrivent au Défi des familles vers le zéro déchet (lien https://zerodechet.lorient-agglo.fr/) mené par l’agglomération lorientaise. « A l’époque, je n’avais pas vraiment de conscience environnementale. Je chassais les promotions, j’achetais en gros pour faire des réserves. » Durant les trois mois du défi, Caroline constate d’abord sa propre consommation, puis met en place des outils pour la réduire. Lors de son témoignage au Festival du zéro déchet 2016 à Lorient, elle réalise que sa démarche intéresse le public. C’est là que germe l’idée d’une épicerie spécialisée. Après avoir visité plusieurs magasins du même type dans toute la France, Caroline rejoint le Réseau Vrac (lien https://reseauvrac.org/), qui lui apporte un soutien juridique et une formation en hygiène.
En parallèle, elle réunit les différents financements. Un don familial lui permet d’amorcer son projet. En plus, elle lance un financement participatif, qui vient grossir les fonds et fait connaître la future épicerie. « Cela m’a aidée à convaincre les banques, qui ont vu l’intérêt que les gens portaient à mon projet ». Courant 2017, elle décroche un prêt, épaulée par le réseau Bretagne active, qui se porte garant. Elle quitte alors son emploi de vendeuse et saute le pas, aux côtés de son compagnon Victor. La boutique ouvre ses portes en décembre 2017.

Des produits diversifiés
Depuis l’inauguration de la Terre Native, le couple est en contact avec les autres épiceries zéro déchet de Bretagne, de Vannes à Audierne. Ensemble, les magasins passent des commandes groupées, pour alléger leurs coûts et leur empreinte carbone. Ils échangent également sur les produits qui marchent, sur les nouveautés du marché « zéro déchet » et sur leurs fournisseurs. Pour l’instant, les produits vendus par Caroline ne sont pas forcément bio ou locaux. C’est un idéal à atteindre, mais ce n’est pas le but premier, qui reste de vendre en vrac. Caroline et Victor ont plutôt pris le parti de proposer des produits accessibles à tous les budgets. Chacun doit pouvoir, s’il le souhaite, modifier sa consommation. Toutefois, elle recherche constamment de nouveaux fournisseurs. Les savons, par exemple, sont fabriqués en Bretagne avec des produits locaux. Sur les tables en palette, on découvre du shampoing solide, des lingettes démaquillantes réutilisables, du dentifrice rechargeable. Parmi les autres produits, on retrouve les classiques pâtes, riz et légumineuses, mais aussi du chocolat bio, de la farine de froment ou du bicarbonate. Les fruits et légumes, vendus en paniers, sont fournis par un maraîcher d’Hennebont. Caroline a également fait le choix de ne pas vendre pour le moment de produits laitiers, afin d’éviter le frigo et les risques de gaspillage. Le petit plus de la Terre Native, ce sont les épices. Du sel fumé viking et du poivre de Sarawak parfument l’ambiance. Vendus en vrac, ces produits reviennent d’ailleurs beaucoup moins cher au consommateur.

Partager son expérience
Un grand tableau noir est accroché derrière le comptoir. Il recense les demandes spécifiques des clients, comme les pâtes sans gluten ou les farines spéciales. Chacun peut aussi confier ses recettes – on a repéré un cake banane noix de coco plutôt alléchant. C’est l’essence même du lieu : échanger, partager et envisager ses courses d’une autre manière. Plus comme une corvée, mais comme un moment pour prendre du temps pour soi et pour les autres. En parallèle de leur boutique, Caroline et Victor réfléchissent à de nouvelles actions et poursuivent leur quête du zéro déchet. Ils souhaitent par exemple mettre en place des ateliers de fabrication de produits. A ceux qui s’intéressent à la démarche, Caroline conseille : « Il ne faut pas essayer de tout faire d’un coup, mais plutôt accepter de ne pas être parfait et progresser à son rythme, étape par étape. Moi par exemple, j’ai commencé par finir mes réserves, avant de m’attaquer à tous les produits cosmétiques.» La Terre Native, une belle manière de transmettre ses convictions par l’action.

La Terre Native – 82 avenue de la République, 56700 Hennebont – 02 97 85 72 40 – Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h. Pour en savoir plus.

Partager.

Comments are closed.